Lancement de la deuxième session du concours Alkindi à Ravel

 

Cette année 2016, le deuxième concours Alkindi a été lancé en présence d’officiels au sein du Lycée Maurice Ravel. Parmi les intervenants, nous avons eu le plaisir d’accueillir M. Gilles Pécout (Recteur de l’Académie de Paris), Mme Florence Robin (Directrice Générale de l’Enseignement Scolaire – MENESR), M. Patrick Pailloux (Directeur Technique de la DGSE), M Gérard Berry (Professeur au Collège de France), ainsi que des élèves du lycée participants à la première édition du concours (2015).

 

 

 

 

 

 

Le concours Alkindi est organisé par les associations Animath et France-ioi et permet aux élèves de seconde, troisième et quatrième de s’initier à la cryptanalyse. La participation est entièrement gratuite.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après une introduction de Mme France Bessis (proviseure du lycée)

De Monsieur Pécout (recteur de l’Académie de Paris)

De Madame Robine (DGESCO)

De M. Pailloux (Directeur Technique de la DGSE)

Nous avons eu le plaisir d’écouter un brillant exposé de M. Berry (Professeur au Collège de France) sur ce qu’est l’informatique, la cryptographie, quels sont ses enjeux et ses besoins de l’antiquité à nos jours.

Quelques phrases parmi d’autres :

  • L’informatique, c’est la science qui se décompose en 3 domaines : l’algorithmique, la programmation ou codage, la vérification. 3 domaines séparés avec leurs spécificités propres.
  • En un sens, l’informatique existait avant les mathématiques. (note : exemple des triplets Pythagoriciens pour les angles droits)
  • Les Mathématiques, c’est la science du vrai ! C’est démontrer que quelque chose est toujours vrai.
  • La cryptographie, c’est garder un message secret aussi longtemps que ce message est important.

Puis nous avons entendu les témoignages d’expérience de 3 élèves de l’an dernier

(Guillaume, Morgane et Louis)

 

Enfin, les concepteurs du concours nous ont présenté la session de cette année et l’esprit qui a régit la conception des exercices.

Suite à cela, nos élèves se sont attaqués à la session de cette année, avec une grande ardeur.

Vidéo de deux élèves en pleine recherche  :

Suivi par une séance de question avec les concepteurs (ici discussion autour du big data et anonymat effectif ou non):